Keith Kouna incendie la France de ses poésies



Lieu : Centre Culturel Canadien, Paris. 
Temps : 15h30 & des poussières. 

Parler de son dernier album Un voyage d'hiver, mais surtout d'un homme, Keith Kouna, d'un poète et d'un réel jongleur contemporain des mots qui nous ouvre aux images de son univers et de celui d'un pays de nature, de routes et de sentiments.



Sylvain Côté dit Keith Kouna, ancien chanteur du groupe Les Goules, nous raconte une chanson du moment présent qui use d'une poésie imagée d'une grande sensibilité. 
Après 2 ans en France sous un style du troubadour, il y a plusieurs hivers, il revient pour un second séjour en France sous le signe du partage et de la création. 

En pleine résidence à la Cité Internationale des Arts, il amorce sa conquête du pays de la baguette.

C'est en prenant son ptit dej (jus d’orange, café, clémentine,café etc.), que Keith nous a parlé de son séjour en terre hexagonale. Orteil bien douloureux en soulier, il nous parle un peu de sa France et de son Québec.


Agathe LaTuque : Peux-tu nous parler de cette résidence en France ? À quoi ressemble ta vie ici ?
Keith Kouna : Moi j’suis arrivé ici et la bourse que j’ai eu c’était pour la Cité Internationale des Arts qui est comme une espèce de grosse résidence, un gros bloc avec des studios d’artistes d’un peu partout. J’y suis arrivé là le 2 janvier pis, c’est ça, c'est un espèce de gros bloc qui a l’air d’une place communiste avec un gardien à porte, pis une grosse grille. 

C’est juste sur le bord de la Seine, donc c’est très très cool au niveau de l’endroit, au niveau du positionnement, c’est très très central. Pis le studio est ben correct ! C’est environs 20m2.

Agathe LaTuque : Une journée dans la vie de Keith Kouna en France 2014?
Keith Kouna : J’ai fait beaucoup de shows. C’est beaucoup de train. Ou me lever tard. Ou me coucher tard. Sortir. Faire des shows. Faire du train. Revenir à Paris. Me reposer. Sortir. Me coucher tard, me lever tard, etc là. 
C’est très plaisant ! Un peu fatigant, mais très agréable ! J’essaie d’écrire aussi à travers. 
Quand disons j’ai un espèce de 10-12 jours avec absolument rien ben j’travaille sur des nouvelles chansons pis j’prends des notes pour d’autres trucs.

Agathe LaTuque : Quelles sont les images qui vont te rester en tête lorsque tu rentreras au Québec ?
Keith Kouna : Peut-être le train ! (rires) J’avais surement intégrer le train quelque part ! Moi j’aime bien le train.
C’est dur à dire.
C’est souvent quand tu reviens que tu te rends compte de ce que tu as ramené.
C’est un peu pareil. Que ce soit ici ou au Québec, ça ressemble à ma vie québécoise dans une autre ville tout simplement.
Ce qui est chouette à Paris c’est que c’est une ville relax pour procrastiner glander. C’est une belle ville de procrastinateurs glandeurs.
J’pense pas que j’aimerais la ville si j’avais un boulot 9 à 5, mais pour relaxer, marcher dans Paris, y’a pas de boutte.
J’aime beaucoup me promener sur les quais de la Seine. Aller flâner là. Quand y fait beau c’est génial écoeurant. Y’a du monde, mais en même temps c’est très très très relax. 
Tu peux picoler sans que les flics t’énervent. C’est ça qui est pas pire quand même en France. Tu peux boire dans la rue pis les flics t’embêtent pas avec ça. C’est cool.


Agathe LaTuque : Tes coins préférés pour procrastiner ?
Keith Kouna : J’aime beaucoup le coin de la Bastille, Ménilmontant aussi, Oberkampf, c’est beau. Sinon Montmartre, j’aime beaucoup.

Agathe LaTuque : La France que tu découvres est-elle différente de celle que tu avais imaginée ?
Keith Kouna : Il y a quand même un art de vivre, de prendre son temps.
Y faut pas que tu sois pressé. Si Internet fonctionne pas, ben y fonctionne pas pendant 3-4 jours, pis y’a pas de problème, pas de presse à l’arranger. « Le technicien est en route »...


Agathe LaTuque : En quoi tes écrits sont différents depuis que tu es arrivé en France ? Que t’inspire la France dans ses images, dans ses lieux et son histoire ?
Keith Kouna : Je sais pas si ça m’inspire. On sait jamais trop trop ce qui nous inspire. Ben moi, je sais jamais trop trop ce qui m’inspire. 
C’est comme des flashs. C’est souvent même avant de commencer une pièce je sais pas de quoi elle va parler. C’est de trouver le centre de la chanson qui se fait à force de gratter et d’essayer des trucs. Mais non, je pense pas écrire des pièces sur la Révolution Française.

Agathe LaTuque : Lorsque tu nous chantes la Batiscan et les chansons du Voyage d’hiver tu nous racontes ton Québec, tes souvenirs d’enfance, tes mémoires. En gros, en live, là iccite peux tu nous raconter y ressemble à quoi le Québec de Sylvain Côté ?
Keith Kouna : Ah ! Le Québec de Sylvain Côté ! C’est la route, beaucoup de route. C’est mon espèce de lopin de champ, forêt, à St-Aug. où je passe tous mes étés. J’ai comme un ptit bout de champ avec forêt y tout, pis j’ai mis une roulotte là, l’été.
Ce que j’ai comme image, c’est vraiment le côté estival du Québec : les festivals, la route, les potes, les feux près de la roulotte.



Agathe LaTuque : Y rêvais à quoi le ti-cul quand y pêchait sur la Batiscan ?
Keith Kouna : Je sais pas. J’étais très très très rêvasseur. J’aimais bien être à la pêche ou en forêt, mais en même temps…j’me souviens pas du tout.

Agathe LaTuque : Quels seraient, selon toi les meilleurs auteurs ou chanteurs à découvrir pour mieux connaître le Québec ou le Canada ? 
Keith Kouna : Ah. Je recommanderais Desjardins [Richard] assurément. Le Live au Club Soda, pis Boum boum. Ensuite, j’ferais écouter du Fred Fortin, du Adamus [Bernard], du Avec pas d’casque. Ça serait ça vite de même !

Agathe LaTuque : Petit jeu, Keith, j’vais te donner 4 expressions typiquement québécoises et en t’aidant de ton âme de poète, t’as juste à me donner ta définition personnelle.
Agathe LaTuque : Arrête de tataouiner 
Keith Kouna : Cesse de pinailler ! Arrête de téter. 
Agathe LaTuque : Être Boqué 
Keith Kouna : Avoir une tête de cochon.
Agathe LaTuque : Y branle dans l’manche 
Keith Kouna : Y tète, y niaise, y tataouine. Y’est téteux !
Agathe LaTuque : Y’a vu neiger 
Keith Kouna : Y’est vieux. C’est pas la première fois qui voit ça. Y’a de l’expérience.


Agathe LaTuque : Keith pourra-t-il faire son choix entre quelques clichés typiquement Canadiens ou Français ?
Agathe LaTuque : Tartiflette ou pâte chinois 
Keith Kouna : pâté chinois. C’est quand même sympatique…
Agathe LaTuque : Baguette ou pouding chômeur
Keith Kouna : ah… pouding chômeur !
Agathe LaTuque : Vin rouge ou une bonne bière frette 
Keith Kouna : ahh… ça dépend, ça c’est la bonne question ! J’pense que j’suis plus bière quand même ! Une bière frette…
Agathe LaTuque : Claude LeFrançois ou Les Classels ? 
Keith Kouna : Ah.. Claude LeFrançois.
Agathe LaTuque : Le Château Frontenac ou l’arc de Triomphe ? 
Keith Kouna : C’est pas pantoute le même genre…mais l’arc de Triomphe, c’est quand même bien foutu !
Agathe LaTuque : Un beau gros sapin ou un arbre du jardin des tuileries ? 
Keith Kouna : Ah le sapin.


Comme à chaque interview entrevue, je m'amuse à faire dessiner nos stars célébrités. Je vous laisse donc sur les dessins de Keith. 


Je vous invite aussi à le découvrir sans tarder en France ou au Canada. 
Pour toutes les infos, c'est ici mon ami :



Tiguidou ?
Agathe LaTuque

Vous aimerez aussi...

Interviews 5356846383304118754

Publier un commentaire Default Comments

Facebook

AWARDS

2014 Canadian Weblog Awards winner

La PUB

vol_300x250_25ko.gif

Idées lecture

Archives

Vidéos du moment

item