Éloge du PVT-iste : entre voyage & dégustation


Je n'avais pas le choix, je me suis sentie coincée entre l'épinette et le chêne, Agathe LaTuque devait se prononcer sur ce phénomène web qui a fait plusieurs adeptes...

Depuis la fameuse vague des PVTCanada, certains bloggeurs publient des textes référant à une certaine déception vis-à-vis du Canada et du Québec


Après le : "Oh woww!! Ouuu le Canada, trop top c'est vraiment le fun", nous avons droit à une vague de "Oh woooooouuu... le Canada ça craint trop c'est vraiment ordinaire".

Ce phénomène ne me laisse pas indifférente... mais reste normal et prévisible.

Suite à la lecture du fameux texte de Laurent Sagalovitsch sur Slate.fr, je me suis sentie comme ce chat qui s'étouffe avec sa boule de poils (ccruhhcaaattkkkuuuu) ... 

Je sais que M. Sagalovitsch aime provoquer, choquer, mais lorsqu'un texte, d'une telle lourdeur, est aimé, en moins de 24h, par 12000 personnes sur Facebook et qu'il obtient plus de 200 tweets, Agathe LaTuque se pose des questions se retourne la boîte à poux ...

M. Sagalovitsch, adepte de Vancouver, rappelons-le, appelle à la méfiance tout en proposant certaines étiquettes des plus blessantes (au 1er niveau) sur le peuple canadien.

D'accord, M. Sagalovitsch a le droit de s'impatienter s'énerver le poil des jambes et d'écrire de l'humour cynique, mais rappelons-nous certains faits :

LE PVT 

  • Comme on le sait, le PVT (Programme Vacance-Travail) a vu le jour pour favoriser les échanges bi-culturels et la découverte. Depuis quelques années, la vocation de ce programme commence à changer, puisque plusieurs Français désirent immigrer au Canada, suite à la réalisation de leur PVT.
  • En gros, le PVT c'est comme une offre de dégustation culinaire... Lorsqu'on goûte à de la courgette pour la première fois,  par exemple, il est possible que ça ne nous plaise pas. Mais au moins, quelqu'un nous a donné la chance de goûter à de la courgette.
  • Sur les 7000 Français qui partent au Canada chaque année, dans le cadre d'un PVT, il y a donc nécessairement des avis partagés... Tout le monde n'a pas aimé la dégustation et c'est normal, puisque comme notre tata matante nous l'a répété 100x : "tous les goûts sont dans la nature".

courgettes jaunes vertes

LA PHILO DU VOYAGEUR/DÉGUSTATEUR
  • Le voyage c'est comme une dégustation culinaire donc... ça ne sert vraiment à rien de dire à tout le monde que t'as pas aimé ça la courgette. En fait, les individus de cette planète sont tellement différents et pleins de nuances que ça risque de plaire à quelqu'un d'autre. Selon les statistiques, ça risque d'être 50/50.
  • Les commentaires de voyage doivent surtout donner la piqûre du voyage et favoriser la curiosité intellectuelle. Si tu cris sur tous les toits que t'as pas aimé ça toi la courgette, pis que les courgettes y sont comme ci ou comme ça, bien tu risques fort de créer des tensions entre tous les légumes du potager, ce qui ne favorise pas l'épanouissement global d'un jardin en santé, où y'a pas d'insectes de bibittes.
  • Si t'as pas aimé ça la courgette, peut-être que tu peux réessayé d'y goûter. Mettons que t'étais pas bien disposé avant de commencer la dégustation, que t'étais par exemple ballonné ou enrhumé, peut-être que tu vas trouver que tout ce qu'on te présente goûte le vieux cassoulet les vieilles beans passées date.
  • Dernière chose... ça sert à rien de commencer ta dégustation en étant sûr que tu vas aimer ça la courgette. Rappelons-nous que statistiquement, y'a quand même 50% des chances que t'aimes pas ça la courgette...

Traditionnellement, lorsque l'on part en voyage, on choisit d'emprunter une autre voie, de découvrir un autre chemin. 

En gros, tu sais jamais finalement si la voie va être truffée de méga nids de poule (style montréalais) ou si tu ne vas pas emprunter de l'asphalte d'élection... Sur cette nouvelle route, on te propose de nouvelles expériences (culinaires, relationnelles, culturelles, etc.). 

Entre nous, y'a toujours 50% des chances que ces expériences ne soient pas compatibles avec toi, l'Indiana Jones de la société contemporaine.

Mais dans tous les cas, pour éviter de devenir un vieux mec  gars ou une vieille meuf fille aigrie qui mange bouffe juste des baguettes jambon-beurre poutines, pars donc en dégustation ! 

Avec le recul, tu te rendras compte que chaque légume t'a nourri de manière différente. Y'en a qui étaient bourrés de vitamine C, d'autre de Zinc (buerk, le zinc... baahhaha), de cuivre (mmmm... le cuivre), mais bon au moins maintenant t'en connais un peu plus sur tes goûts, t'es moins carencé et à la fin de ta vie tu pourras te dire que t'as été chanceux loqué de connaître la saveur de plusieurs légumes.

carottes, navets, artichauts, légumes

Tiguidou ?

Agathe LaTuque
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi...

Les humeurs d'Agathe 2158043222907469731

Publier un commentaire Default Comments

  1. Je comprends ton agacement. Pour ma part, j'ai l'impression que plusieurs Français souhaitent obtenir un PVT, car ça va faire bien sur leur CV quand ils vont revenir en France; un peu comme un phénomène de mode. Sinon, d'autres aussi encensent le Québec quand ils y sont et quand ils retournent en France, d'un seul coup, ce n'était pas si bien. Peut-être parce qu'ils essaient de se rassurer, déçus d'être rentrés ? Et sinon, tous ceux et celles qui commencent à faire la liste de ce qu'ils ne trouvent pas au Québec, contrairement en France, n'ont à mon a vis pas compris qu'on peut d'une part faire l'exercice dans l'autre sens et d'autre part, que le but d'un séjour à l'étranger n'est pas de reproduire ses vieilles habitudes, culinaires ou autres, mais bien de vivre au rythme du pays d'accueil.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ! Je suis tout à fait d'accord avec toi. En réfléchissant à nouveau à cette histoire, je me dis que peut-être, sans doute, il y a cette nuance sur le plan de l'humour Canadien v.s. Français ? Il semble que plusieurs français aient trouvé hilarant et génial le texte de Slate.fr... Peut-être est-ce également une question de culture nationale et d'identité... à bientôt !

      Effacer
  2. Je suis très mitigée sur la question… parce que je ne suis pas en PVT j'ai un permis fermé, et parce que contrairement à tous les PVtistes, qu'ils choisissent le Québec ou les grandes villes, j'ai l'impression de vraiment expérimenter le Canada, le vrai, dans ma petite ville des Prairies (tellement que demain je me lève à 5h pour voir le hockey !) et effectivement, c'est une bonne opportunité, je le ferai sûrement en Australie ou en Nouvelle-Zélande.. mais dans ma branche les emplois sont pris par des Pvtistes non qualifiés, non expérimentés, juste parce qu'être Français ça suffit pour l'enseigner… et j'aime tellement le Canada, mon Canada dans ma Prairie que je trouve injuste d'être forcée de partir…

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je suis tellement touchée par ton commentaire ! Tu sembles vivre ton expérience à 100% et ça c'est génial. Pour cette question, je crois que le PVT reste un prétexte et ce sens où il favorise les échanges, mais il n'a pas d'impact sur la philosophie du voyageur. Partir à la découverte avec ou sans PVT c'est seulement utiliser un moyen différent :)

      Effacer
  3. Tu as raison Agathe ! Et le match valait le coup :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. :) Le hockey reste l'une de nos forces ! On peut être fiers ! :)

      Effacer

emo-but-icon

Facebook

AWARDS

2014 Canadian Weblog Awards winner

La PUB

vol_300x250_25ko.gif

Idées lecture

Archives

Vidéos du moment

item